Réverbération

08:56

Je n'arrive plus à fermer les yeux sans réentendre, au fond de moi, l'écho de sa voix qui me dit "encore... oui, encore..." Il y avait dans ce souffle, dans son inflexion unique, tout le désir du monde... Son envie de moi coulait comme un fleuve dans ce mince filet de voix.

Mon envie de lui sourdait de mon ventre comme une délicieuse marée qui léchait mes rives...

Encore... Oui, encore...

You Might Also Like

14 commentaire(s)

  1. Désirs qui s'entremêlent et s'appellent... encore !
    Que vos soupirs sont doux.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, vivre encore et encore, ces moments de pleinitude. Que je vous comprend!
    J'aimerais croire pour vous que cette attente est partagée...

    RépondreSupprimer
  3. L'Effrontée > "Désirs qui s'entremêlent et s'appellent"... Je voudrais y croire...

    psganarel > Nous sommes deux...

    RépondreSupprimer
  4. C'est une chanson dont on ne se lasse pas, une de ces ritournelles qui entrent dans notre tête - voire notre corps - et dont on ne parvient pas à se débarrasser… Le veut-on vraiment ?
    Alors, inlassablement, encore… oui, encore !

    RépondreSupprimer
  5. Le mystère du désir, que l'on cherche à garder, toujours, et qui s'échappe, quelquefois, mais qui revient, "encore, oui, encore"... avec d'autres yeux parfois...

    RépondreSupprimer
  6. On se sent le maitre du monde quand ces paroles vous sont adressées et on n'a qu'un désir, c'est d'en être digne.

    RépondreSupprimer
  7. Lampe de chevet > Nulle envie de me débarrasser de cet écho qui se fait entendre encore, oui encore...

    Ambre > J'espère que le désir gardera longtemps ses yeux... Ils sont magnifiques.

    Oxanne > Le maître du monde, effectivement... Je me suis sentie invincible, magnifique, divine... En suis-je digne? Il faudrait le lui demander...

    RépondreSupprimer
  8. quand désir rime avec soupir...
    A tout bientot

    RépondreSupprimer
  9. Ne doutez pas de vous mon cher Ange, le désir circule en nous tous, il ne demande qu'à vivre et palpiter.

    RépondreSupprimer
  10. Angèle et Ibid Norio > Quand, dans ses soupirs, j'entends "je te veux"...

    Maître Décadent > Je ne doute pas de mon désir, surtout pas de celui que j'éprouve pour lui... Il sait, comme nul autre, me faire fondre en quelques mots...

    RépondreSupprimer
  11. Que ces suppliques sublimes sont douces à murmurer encore et encore... Enivrant... Je crois qu'au monde il n'y a pas plus doux et plus ouateux que ces souffles d'une voix qui vient d'on ne sait où et qui nous transporte si loin de tout, pour être au bout du compte un... tout............

    RépondreSupprimer
  12. beaverstef > Rien de plus doux ni de plus enivrant, vous avez raison, car plein de promesses... On ne peut s'en lasser...

    RépondreSupprimer
  13. Alors gardez les yeux fermés cher Ange....sourires

    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  14. Insoumise > L'idée me plaît...

    Bises

    RépondreSupprimer

Subscribe