Découverte

22:03


Une fois la porte refermée derrière lui, ses yeux mirent quelques instants à s'habituer à l'obscurité qui régnait dans la chambre. Il faisait chaud, si bien qu'il enleva son veston, qu'il posa sur ce qu'il pensait être un fauteuil qu'il avait entrevu une seconde auparavant dans le rayon de lumière qui avait filtré par la porte ouverte. Une musique emplissait la piece. Une musique chaude, sensuelle, envoûtante... Un léger parfum chatouillait ses narines. Un parfum de femme...

Elle lui avait parlé de découverte. Il avait eu bien envie de jouer à la découvrir. Mais comment pourrait-il y parvenir dans cette chambre où il faisait aussi noir qu'en pleine nuit?

Un peu dérouté, il chercha à s'orienter lorsqu'il aperçut, par la porte de la salle de bain laissée entrouverte, la lueur d'une chandelle. Il ouvrit la porte et vit, sur le comptoir, un petit plateau qui, visiblement avait été laissé là à son intention. Il y avait un billet et plusieurs objets: une bouteille de champagne dans un sceau de glace avec une seule flûte, un petit flacon d'huile à massage, une plume, un foulard de soie, et, bien sûr, la chandelle... Intrigué, il prit le papier entre ses doigts et s'approcha de la flamme pour voir ce qu'elle avait écrit. Une écriture fine et délicate avait tracé sur le papier les mots suivants:

"La découverte de l'autre fait appel à tous les sens. Il y a, à votre disposition, tout ce dont vous avez besoin pour me découvrir, complètement... Je vous fournis des indices, à vous de choisir comment me toucher, me goûter, me sentir, m'entendre et me voir... Découvrez-moi, pour notre plus grand plaisir à tous les deux..."

Il emporta le plateau dans la chambre. La faible lueur de la bougie lui permit de se guider jusqu'au lit, où il devina sa silhouette... Avant de s'étendre à ses côtés, il se débarrassa de ses vêtements. Il s'empara de la chandelle et l'approcha de la femme étendue à ses côtés. La lueur de la flamme lécha la peau de celle qu'il voyait pour la première fois. D'abord son visage. Des traits doux, harmonieux. Elle avait fermé les yeux. Il aurait pu croire qu'elle dormait, si ce n'avait été de ce petit sourire qui avait étiré ses lèvres lorsqu'il avait approché la chandelle... Ses lèvres... Il ne put s'empêcher d'avoir envie d'y déposer un baiser. Il poursuivit son exploration, laissant la flamme dansante caresser le cou, puis la poitrine de la belle. Ses seins étaient généreux, ronds, invitants... Une goutte de cire chaude coula le long de la chandelle penchée et s'échoua à la naissance de son sein droit. La femme se raidit, surprise par cette brûlure sur sa peau... Un sourire illumina le visage de l'homme. Quelques gouttes tombèrent dans le sillon entre ses seins. Elle soupira... La ligne est souvent bien mince entre la douleur et le plaisir...

Son ventre, son nombril, son pubis, ses cuisses, ses jambes, jusqu'au bout des orteils, rien n'échappa à son regard scrutateur et gourmand... Lorsqu'il eut atteint le ses pieds, elle se retourna pour qu'il puisse remonter des mollets au derrière des cuisses, de là jusqu'aux fesses, puis au creux des reins, où il laissa tomber encore quelques goutes de cire. Son dos, ses épaules, sa chevelure... Elle était belle. Entièrement nue, elle le laissait regarder, sans pudeur.

Il redéposa la chandelle sur la table. "Retournez-vous", lui dit-il doucement. Ce qu'elle fit, docile. Elle entendit la glace du sceau remuer. "Champagne...", pensa-t-elle...

Elle laissa échapper un petit cri de surprise lorsqu'elle sentit un glaçon sur ses lèvres... Le froid, pour apaiser la brûlure... Il laissa le glaçon fondre quelques secondes, puis vint lécher l'eau que celui-ci avait laissée sur sa bouche... Les lèvres de la belle s'entrouvrirent, et sa langue rencontra la sienne... Il reposa le cube de glace au creux de son cou. Soupir de plaisir... Il le fit glisser de là jusqu'à la pointe d'un sein, laissant sur sa peau un trajet humide sur lequel il souffla doucement. Elle frissonna. Le glaçon fondait sur son mamelon que le froid et l'excitation avait dressé. Il prit ce qu'il restait du glaçon dans sa bouche et s'amusa à titiller le téton de la belle. Il faisait alterner les caresses de sa langue, chaude et humide, et celles du cube de glace. Ce contraste semblait lui plaire: elle soupirait.

Lorsqu'il n'y eut plus de glace, lorsqu'elle eut entièrement fondu et que sa bouche gourmande en eut léché les moindres traces sur sa peau, il se plaça au-dessus d'elle et approcha son visage de sa peau, pour la humer. Il trouva, au creux de son cou, l'odeur de ses cheveux, douce et fruitée. Le sillon entre ses seins était certainement l'endroit où elle avait appliqué, quelques heures plus tôt, une goutte de parfum. Parfum que la chaleur de la parafine avait réveillé... Il le respira jusqu'à s'en enivrer, profitant de la caresse plus qu'agréable de ses seins sur ses joues. Son haleine se perdit sur son ventre jusqu'à l'aine... Il écarta légèrement ses cuisses, pour respirer l'odeur de sa féminité. Elle sentit son souffle chaud à l'orée de ses lèvres... Elle mit sa main dans ses cheveux et l'attira doucement à elle, l'invitant à goûter... Sa langue parcourut d'abord ses lèvres, si douces. L'odeur de son intimité était enivrante, il voulait la boire, la goûter, lécher tout ce miel qui coulait... Lorsqu'il frôla son bouton, il sentit son ventre se tendre... Lécher, aspirer, titiller, mordiller, pénétrer... Les assauts de sa langue se firent précis, parfois doux, parfois plus fermes, si bien qu'elle ne contrôlait plus les sons qu'elle laissait échapper. Lorsqu'elle explosa en un long feulement, il sut que cette soirée de découverte serait délicieuse...




Photo: Yan McLine

You Might Also Like

10 commentaire(s)

  1. Effectivement. Quoi de plus délicieux que la découverte, les premiers instants, les premiers regards...

    RépondreSupprimer
  2. Je vous offre ces quelques gouttes de cire chaude.

    RépondreSupprimer
  3. Obsessif > C'est un sentiment grisant, vous avez raison...

    MaÎtre Décadent > ... Vous savez...

    RépondreSupprimer
  4. oups... j'ai un coup de chaud moi...
    superbe texte !
    a+

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique texte, chère Ange. Que je voudrais être cet homme qui te découvre ainsi... Hâte de connaître la suite de cette découverte... Elle promet d'être excitante, sensuelle, enivrante...
    Bises belle Ange

    RépondreSupprimer
  6. Avec comme toujours, votre façon sensuelle, douce et enivrante de nous raconter... c'est très beau...

    RépondreSupprimer
  7. Quelle sensualité! J'aime, j'adore... vivement la suite. Enivrez-nous encore de vos mots, je vous en prie.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour

    des mots enivrants ..captivants une sensualité a fleur de peau ,et un desir touours nouveau ..bravo
    Gérard

    RépondreSupprimer
  9. La découverte des corps, le désir de l'autre... Avant de laisser le désir succomber...

    Magnifique !

    RépondreSupprimer
  10. Ibid Norio > Je l'ai pourtant bien écrit, il fait chaud dans cette chambre... Vous devriez peut-être vous dévêtir...

    Domi > Charmeur va! Qui te dit que c'est de moi dont il est question, dans ce texte...?

    Lyzis > J'aime bien être enivrante... Votre compliment me ravit!

    iPuce> L'inspiration se fait capricieuse ces jours-ci... J'ignore quand je serai capable d'écrire la suite... Mais merci de votre enthousiasme...

    Gérard > Vous êtes le troisième à utiliser le mot "enivrant"... Je vais finir par croire que mes mots vous font tourner la tête... (merci)

    histoiredecoquine > L'attente, la découverte, l'anticipation... Cette lente montée du désir est délicieuse... Merci de vos mots...

    RépondreSupprimer

Subscribe