De main de maître...

19:41

Ma joue est chaude. Il laisse glisser sa main sur la peau douce de mon cou, jusqu'à mes clavicules. La douceur et l'intensité de ce geste me chavire, chaque fois. Il sait mieux que quiconque me faire cette caresse. La lente progression de sa main de mon visage vers ma gorge crée, chaque fois, des remous dans tout mon corps. Et cette chaleur qui m'envahit, au fur et à mesure que sa main me touche. Ses doigts me parlent. Tu es douce... Je ferme les yeux... Tu es à moi... Mes lèvres s'entrouvrent et je laisse échapper un soupir. Je te veux, et je vais te prendre...

Et son pouce sur ma bouche aux lèvres qui laissent s'échapper un soupir semble m'inviter à jouer... Jouer de ma langue, de mes lèvres. Son pouce qui entrebâille mes lèvres, pour que s'envole, en un mince souffle d'air qui emplit la pièce, ce désir qu'il fait naître, du bout des doigts. Du bout d'un doigt, qui semble me dire, en un toucher soyeux: "J'ai envie de ta bouche..."

Sa main sur ma nuque, qui m'attire à lui. Qui touche, s'égare, revient, effleure, tâte, masse, palpe. Main qui parcourt ma peau, à la recherche du plaisir... Main qui empoigne, qui s'insinue, qui va et qui vient, qui pince et frôle, qui glisse et pénètre... Main qui joue, qui explore, qui découvre...

Et moi, qui suis complètement à sa main...


Photo: Alexsandr Poyanov

You Might Also Like

6 commentaire(s)

  1. Tout en nuance, suggestion et subtilité... J'aime décidément beaucoup votre univers et la façon dont vous lui donnez vie par les mots... A bientôt...
    Amicalement...

    RépondreSupprimer
  2. francois-fabien > Merci... Vous le savez, votre commentraire me fait plaisir...

    RépondreSupprimer
  3. Cette image ne m'est pas inconnue et les mots que vous avez ajoutés donnent un équilibre harmonieux à l'ensemble.
    On aimerait suivre cette main au bout du monde ...

    RépondreSupprimer
  4. Philo > Il y avait, dans sa main, toute la chaleur de l'Afrique, un peu des douceurs de l'Orient, l'humidité des forêts tropicales, les frissons du Canada et les grandes tempêtes du Sahara... Je l'ai suivie, sa main, jusqu'au bout du monde... J'ai aimé le voyage... (Bienvenue ici...)

    RépondreSupprimer
  5. en savourant vos mots je retrouve le souvenir de ce doux baiser de F. dans mon cou... délicieuse réminiscence

    RépondreSupprimer
  6. L sinqulière plurielle > L'écriture a cette faculté un peu mystérieuse de faire naître, en chacun, des souvenirs, des images et des idées aussi différentes que les individus eux-mêmes... Je suis contente de vous rappeler de doux moments... Savourez, je vous en prie...

    RépondreSupprimer

Subscribe