Le rendez-vous (deuxième partie)

20:00

Sa main abandonne sa nuque et la tiédeur de sa tignasse brune pour glisser sur son épaule, puis sur sa gorge... Sa peau blanche frémit sous ses doigts, qu'il laisse descendre jusqu'au premier bouton du chemisier. Cherche son regard. Provoquant, il défait le bouton, exposant au regard des passants qui ralentissent devant eux la blancheur de ses seins qu'accentue la dentelle noire d'un ravissant soutien-gorge... Et sa bouche suit le chemin emprunté par ses doigts. Sa gorge... la naissance de ses seins... La dentelle noire...


Elle soutient son regard et s'abandonne à ses caresses... Lorsque son étreinte se relâche, lorsque ses lèvres quittent sa peau, le temps d'un souffle, elle le repousse doucement et, s'assurant de son regard dans le sien, elle défait le deuxième bouton.


Il perd la tête. Sa main empoigne le sein de la femme, et pinçote le mamelon dressé à travers la dentelle. Désir farouche de la prendre, là, en pleine rue. Il fait descendre la dentelle de son soutien-gorge pour en sortir son sein blanc, si doux. Sa bouche se perd en caresses humides, en coups de langue soyeux, en pincements du bout des lèvres... La belle laisse échapper un soupir, qui fait se retourner un couple qui marche non loin d'eux. Mais elle se fiche éperdument qu'on la voie. Tout ce qui lui importe, c'était la sensation divine de sa bouche qui suce son téton si sensible... Torture insoutenable. Ce plaisir délicieux qu'il fait naître du bout des lèvres et de sa langue habile irradie dans tout le corps de la belle et concentre ses effets entre ses cuisses où, elle le sait, ses lèvres sont déjà gonflées d'envie, sa fleur ouverte et moite...


Soupir de la belle... Il sent que ses jambes devenaient de plus en plus molles. Sa langue, il le devine, fait fondre sa raison... Elle s'accroche à ses épaules, pour s'empêcher de tomber ou pour se raccrocher à la réalité, il n'en est pas certain.


Il referme le manteau de la femme, sans recouvrir son sein autrement que par le lainage rugueux. Il sourit, et lui tend la main. "Venez", lui dit-il. Elle allonge la main pour la déposer dans la sienne, les joues rouges et le regard brillant. Le désir est si fort... Elle le suivrait n'importe où...

 


Photo: Photographe inconnu, trouvée chez Chimère érotique

You Might Also Like

3 commentaire(s)

  1. Et nous voici de nouveau envoutés... dans l'attente de la suite...

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement... je perds la tête de lire ces mots hypnotisants...

    RépondreSupprimer
  3. Lysis > Moi aussi, je l'attends, cette suite... Croyez-moi...

    L'Obsessif > C'est si bon de laisser s'enfuir ainsi la raison... Non?

    RépondreSupprimer

Subscribe