Caprices

22:32

C'était un voyage d'affaires. Un habituel déplacement pour y rencontrer des associés. Deux jours, loin de chez lui. Deux jours, trop rapidement passés... Dans cette ville loin de chez lui, dans sa chambre d'hôtel, il était anonyme... Sa vie, son quotidien, ses proches, tout ça était resté derrière, à la maison. Il y reviendrait dans quelques heures, mais pour l'instant, c'était sans importance. Pour l'instant, il pouvait enfin être... Vraiment, sans artifice.

Il était allé prendre un verre, après le boulot. Et il serait rentré bien sagement se coucher si ce n'avait pas été d'elle... Il l'avait espérée... C'était pour elle qu'il était là... C'était dans l'espoir de la voir qu'il veillait, seul dans ce bar au bout du monde, malgré la fatigue. Sa maîtresse. Celle qui hantait ses nuits. Celle dont il rêvait le jour. Celle qui s'offrait à lui, complètement. Celle qui glissait voluptueusement dans un abandon de son corps et de ses sens à des pulsions et des désirs encore inconnus mais qu'il pouvait convoquer ou susciter par sa seule fantaisie. Et cet abandon à ses caprices le grisait. Il la possédait. Elle était à lui...

Et cette femme, qu'il aimait jusqu'au vertige, l'avait suivi jusqu'à sa chambre. Elle était là, sur le lit, agenouillée, prosternée, les reins cambrés et la croupe offerte. Ses seins frôlaient le couvre-lit. Elle était féline. Elle avait glissé une main entre ses cuisses, et se masturbait. Impudique. Indécente. Obscène. Elle offrait son plaisir à son regard curieux. C'est ainsi qu'il la voulait. Offerte. Disponible. Chatte. Sienne...

Et il la posséderait, jusqu'à l'ivresse...

You Might Also Like

2 commentaire(s)

  1. What happens in Vegas stays in Vegas... and Vegas can be anywhere.

    RépondreSupprimer
  2. Vegas, c'est chaque fois qu'elle touche sa peau...

    RépondreSupprimer

Subscribe