Colin-maillard

21:57

Je te cherche.
Dans mes draps froissés qu'il délaisse parfois, je te cherche.
Dans mes bras ouverts qui se referment trop souvent sur du vide, je te cherche.

Dans ses mains trop petites, je cherche tes doigts.
Ceux que tu faisais papillons sur ma peau frémissante.
Ceux qui couraient sur mon corps et qui laissaient derrière eux, comme un sillon, des frissons si agréables.
Ceux qui glissaient en mon antre pour y faire couler un miel si doux. Un miel dont je cherche à retrouver l'envie, maintenant que tu n'es plus là...

Dans ses caresses qui manquent de finesse, je cherche ta tendresse.
Il me touche, et je rêve à toi. Je repense à la sensation de tes mains sur ma peau, cette sensation si enivrante et enveloppante et je trouve ses mains malhabiles, un peu rudes.
Je ferme les yeux et j'invente un monde où l'homme dans mon lit, c'est toi... Un monde où le silence est déchiré de soupirs et d'halètements, de râles et de grognements... Un monde où je deviens chienne et où j'abandonne toute pudeur. J'invente un monde où il est possible de faire l'amour une deuxième, puis une troisième fois.
J'invente l'univers des possibles.

Je te cherche, pour faire renaître cette femme sensuelle et charnelle que je devenais dans ton lit. Pour réapprendre l'envie et le plaisir de sentir le désir enfler en moi. Pour recommencer à respirer, enfin...


You Might Also Like

2 commentaire(s)

  1. Une quête difficile, j'espère qu'elle ne sera pas vaine…

    RépondreSupprimer
  2. CUI > Je l'espère aussi, mais j'ai bien peur que l'espoir, comme la quête, soit vain...

    RépondreSupprimer

Subscribe