Loup à la bouche...

21:30



Quand tu m'embrasses, je tombe.
Le monde autour de moi s'efface. Je succombe.

Quand tu m'embrasses, mon coeur bondit dans ma poitrine. Tu sais, dans les montagnes russes, quand tu arrives au sommet et que tu t'apprêtes à redescendre, il y a cet instant de grâce, cette demi-seconde où tu sembles défier la gravité et voler. Le coeur bondit dans la poitrine, comme propulsé par l'ascension. Et cet instant fugitif d'avant la peur du vide est parfait parce que plein de possibilités.

C'est le temps du rêve. Le moment où tout devient possible.

Poser mes lèvres sur les tiennes me fait exactement le même effet. Le coeur qui bat fort. La sensation de légerté. L'impression que l'univers des possibles m'est ouvert... L'euphorie. L'impression que je demeure suspendue... Suspendue à tes lèvres...

Ce délicieux vertige qui me coupe le souffle et qui me fait gémir dure aussi longtemps que ton corps est près du mien.

Et parfois, même longtemps après, alors que mes pensées s'égarent sur les contours de tes lèvres, sur ce sourire à la fois tendre et obscène, mon coeur se fait tout léger dans ma poitrine, mes jambes deviennent molles...

Il suffirait de si peu pour que je perde complètement pied...


You Might Also Like

13 commentaire(s)

  1. C'est un plaisir de visiter votre blog
    un câlin de Reus Catalogne

    RépondreSupprimer
  2. Reus > Je vous remercie. C'est un blog de plaisir(s), alors le but est atteint... Revenez, si vous voulez... :)

    RépondreSupprimer
  3. Quand je vous lis, je succombe.
    Le monde autour de moi s'effondre.

    Ce délicieux vertige de mon corps, à chaque mot chuchoté.
    Ces mots, ce souffle me réveille frissonnante.
    Ai-je gémi en ressentant ces mots contre moi...

    RépondreSupprimer
  4. Noosicaa > C'est l'un des plus beaux commentaires que l'on ait laissé sur mon blog... J'en rougis. Merci.

    RépondreSupprimer
  5. Il ne faut pas le perdre, le pied, mais le prendre, pfff

    RépondreSupprimer
  6. Victor Vilain > Il était temps qu'on me le dise! (Ne craignez rien, je sais très bien le prendre...)

    RépondreSupprimer
  7. Ces mots ainsi posés sur le baiser, c'est tellement prenant, envoutant !
    Je prends ce qu'ils me disent sans façon.

    RépondreSupprimer
  8. Pourquoi en vous lisant j'ai tellement envie d'un baiser, qui me laisserait haletant...
    un plaisir que de passer chez toi

    RépondreSupprimer
  9. filamots > Quel joli compliment! Merci, infiniment.

    Txema > Probablement parce que j'avais la même envie en l'écrivant... ;) Votre passage me fera toujours plaisir...

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir chère Ange....
    Voila un moment que je n'etais pas passée chez vous.....comme nous sommes encore en Janvier j'en profite pour vous présenter mes voeux les plus doux , je vous souhaite une année remplie de vertiges tels que celui que vous décrivez si magnifiquement bien dans ce texte....
    Je vous embrasse douce amie

    RépondreSupprimer
  11. L'Insoumise > Je vous souhaite également douceurs, amour et plaisirs pour l'année qui débute... Quant au vertige, je demeure optimiste... :)

    RépondreSupprimer
  12. mmmmmmmmm..... je savoure délicieusement cet essai.. si prenant.. si envoutant.. si intense... Un baiser... c une fin.. ou l'on se perd... c une promesse où tout est possible..; c un début passionnant... un prologue tout en caresse... on se fond l'un dans l'autre si amoureusement.... mmmmmmmmmmmmmmmmm.......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cyrano de Bergerac le disait si bien:
      « Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce?
      Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
      Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
      Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
      C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
      Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille,
      Une communion ayant un goût de fleur,
      Une façon d'un peu se respirer le coeur,
      Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme! »

      Supprimer

Subscribe