À l'ombre des grands chênes

22:42



Une invitation lancée, comme ça, au hasard, nous avait conduits dans ce charmant petit parc tout près de ton bureau. J'avais préparé le déjeuner, sachant fort bien que nous ne mangerions que très peu... J'avais enfilé une camisole légère pour que mes boucles brunes caressent mes épaules... J'avais envie de ta main dans mes cheveux...

J'étais arrivée quelques instants avant toi, le temps de sortir la couverture de la voiture... Nous nous sommes installés sous les arbres dans un coin plus tranquille, un peu à l'abri des regards et du soleil... Tu avais apporté du vin. Rosé... Je me souviens, parce que je t'ai dit que ça goûtait l'été... Nous avons discuté un peu, de tout et de rien... Surtout de rien, puisque ce qui nous importait vraiment, c'était d'être là, ensemble... Proches, enfin. Pour moi, c'était le son de ta voix qui s'envolait dans l'air. Les frissons sur ma peau lorsque tu as posé tes mains sur elle. Les bonds de mon coeur lorsque tu as dénudé mon épaule pour y poser tes lèvres...

Nous avons mangé un peu... Je me suis surtout abreuvée à ta bouche au goût de vin, enivrée de ces baisers que tu faisais couler partout sur ma peau... Je me suis nourrie de cette sensualité que je sentais dans chacun de tes gestes. J'ai savouré comme un mets fin et délicat cette envie de moi que chacune de tes caresses traduisait. Gourmande, je me suis délectée de ton sexe tendu sous le tissu de ton pantalon et de ce nectar si doux que tu faisais couler entre mes cuisses...

Et ce désir dont j'ai fait festin cet après-midi-là, à l'ombre des grands chênes, m'emplit à nouveau ce soir, alors que je pense à toi et que tu me manques...

You Might Also Like

8 commentaire(s)

  1. Heureux homme, que celui qui induit de tels mots !

    RépondreSupprimer
  2. Stylo d'Ange,

    Tu me rends dingue de désir, si sensuelle, si douce, si sensible, si belle dans tes pensées et tes élans. Ça frise la folie érotique qui nous envahit et qui nous habite soir après soir, nuit après nuit et jour après jour.
    Tu me fais de l'effet...
    Doux baisers et tendres étreintes.

    RépondreSupprimer
  3. ELOGE > Il semble heureux, oui... Merci...

    Adolf > C'est un joli nom pour un loup, Adolf... :) "Tu me fais de l'effet..." Encore... Dis-le encore...

    RépondreSupprimer
  4. Que vos mots sont beaux, simples et touchants...
    Il ne fait aucun doute qu'IL les aura apprecié à leur juste valeur....
    Décidément que c'est plaisant de vous lire Bel Ange.....
    Comment ais-je pu me passer de votre plume si longtemps....?

    Baisers doux

    RépondreSupprimer
  5. La partie la plus active du chêne se situe dans son gland …

    L'esprit du chêne se concentre dans chacune de ses glandes qui , en roulant au sol , se met à communiquer d’intenses vibrations sensuelles à la forêt .
    Ces vibrations sont suivies de délicieux râles que provoquent les mains et la bouche de son merveilleux ange …

    Pour se concilier les bienfaits de cet arbre …

    il est nécessaire d’y attacher nue votre ange avec de solides cordes , de tourner 12 fois autour d’elle dans le sens des aiguilles d'une montre et d’attacher à ses poignets des morceaux de tissu vert que vous aurez portés autour des reins pendant douze jours à compter de la pleine lune.
    Ensuite vous vous agenouillerez , vous placerez devant son puits d’amour et vous abreuverez du délicieux nectar que votre langue fera couler entre ses cuisses .
    Lorsque les 12 coups de minuit retentiront , vous vous relèverez planterez votre sexe en elle et la possèderai jusqu’à l'aube .

    Si vous vous concentrez , vous entendrez le cœur du chêne battre en même temps que celui de votre ange … là c’est carrément magique !

    Je lève mon verre de rosé en votre honneur et vous souhaites de vibrer tous les deux intensément . Doux baisers

    RépondreSupprimer
  6. L'Insoumise > Il a apprécié, oui... Tout comme nous apprécions ces moments, trop rares, où nous sommes réunis... :)

    Plaisir des Sens > Vibrer intensément... J'en ai bien l'intention... ;)

    RépondreSupprimer
  7. "Je me suis nourrie de cette sensualité".
    Que c'est joli !
    ...et sans doute très à propos d'après la fin de ce texte...

    RépondreSupprimer
  8. Libertin > J'avais beaucoup plus faim de lui et de son désir de moi que de n'importe quelle nourriture... :)

    RépondreSupprimer

Subscribe