Lettre au Loup

10:44

Mon Loup,

L'avez-vous vue, dans mon oeil, cette petite lueur? Ce mélange troublant de tendresse et de perversité? Avez-vous vu dans mon regard qu'au fond de moi, la douceur et l'obscénité qui m'habitent se livrent à un duel constant et qu'avec vous, je suis incapable de prédire lequel gagnera...?

Je vous regardais... Je regardais votre bouche et je n'arrivais pas à savoir si j'avais plus envie de déposer un léger baiser sur la soie de vos lèvres ou de sentir votre langue explorer mon sexe que nos baisers avait déjà mis en émoi... Je regardais votre sourire, et j'en aimais la douceur, la tendre bienveillance... Un sourire qui promettait de doux baisers sur mes épaules de femme que vous auriez dégagées de mes cheveux soyeux... Un sourire à la sensualité enveloppante... Mais j'ai aussi aimé ce sourire carnassier qui, plus tard, a fendu vos lèvres et qui, tout à coup, faisait de moi une petite agnelle sans défense... Agnelle que vous alliez croquer, cela ne faisait aucun doute... Agnelle qui ne saurait résister à votre bouche de loup tant elle semble faite pour le plaisir...

Je regardais vos mains et je les imaginais en coupe sous mes seins. J'ai été bouleversée quand vous les avez posées sur mon visage, pour le caresser tendrement. Et vos yeux, à ce moment-là, ont fait fondre mon coeur... Et quand la pulpe de vos doigts est descendue dans mon cou, je ronronnais de bonheur... Vous m'avez d'ailleurs taquiné en me disant que mon visage rayonnait d'un air de béatitude tout à fait charmant... Et cette douce chaleur, quand vous avez posé les mains sur mes hanches, pour m'attirer contre vous... Mais mon trouble fut tout aussi grand quand, dans mes boucles brunes, vos doigts se sont refermés plus fermement pour immobiliser ma tête pendant que vous plaquiez un baiser gourmand sur ma bouche... J'ai même eu peine à contenir un gémissement de plaisir quand vos doigts ont pincé ce téton qui, malgré l'étoffe, semblait appeler votre attention...

Et c'est peut-être cet équilibre parfait qui me perdra... Oui, qui me perdra, puisque peu importe ce que vous faites, peu importe les gestes que vous posiez, le désir naît en moi. Et je n'ai qu'une seule envie: m'abandonner à ce flot que j'ai de plus en plus de mal à endiguer...

Votre ange éperdu


You Might Also Like

8 commentaire(s)

  1. peu importe les gestes que vous posiez, le désir naît en moi. Et je n'ai qu'une seule envie: m'abandonner à ce flot que j'ai de plus en plus de mal à endiguer. Un sourire à la sensualité enveloppante... Mais j'ai aussi aimé ce sourire carnassier qui, plus tard, a fendu vos lèvres et qui, tout à coup, faisait de moi une petite agnelle sans défense... Agnelle que vous alliez croquer, cela ne faisait aucun doute... Agnelle qui ne saurait résister à votre bouche de loup tant elle semble faite pour le plaisir.

    Ouh la la ça va gravement chauffer j'ai l'impression ... Mr loup , honorez cette femme comme il se doit je vous prie.
    Faite la hurler comme une louve et donnez lui beaucoup de plaisir , elle le mérite !

    RépondreSupprimer
  2. Plaisir des Sens > Je suis certaine que c'est là son intention... ;)

    RépondreSupprimer
  3. L'ange éperdue... vous ne vous perdez pas, vous vous abandonnez.

    RépondreSupprimer
  4. Maître Décadent > Il n'y a peut-être que la raison qui se perd... Ça, et la volonté de résister...

    RépondreSupprimer
  5. Cela me rappelle une bien jolie rencontre...
    C'est tellement bien écrit que je m'y revois, le ressent encore...Merci

    RépondreSupprimer
  6. Mirka > Vous m'en voyez ravie... :)

    RépondreSupprimer
  7. Si avec une telle déclaration, il ne vient pas vous croquer... ;-)

    RépondreSupprimer
  8. FLOW > Ravie de vous revoir ici... Allons, vous savez bien que les loups résistent difficilement à la chair tendre d'une jolie agnelle...

    RépondreSupprimer

Subscribe