Phénix

16:07

Tu sais quoi?

J'ai pas envie de parler fleuri. Pas envie d'habiller mon envie de toi joli. J'ai juste envie de ta queue, là, plantée en moi.

Le désir, brut, pur. Ta peau contre la mienne dans ce froissement d'étoffes qu'on n'a pas pu retirer tant le désir était urgent. Dans ce froissement d'étoffes qu'on a écartées, relevées, déchirées.

Tes doigts qui s'enfoncent dans ma chair quand tu t'ancres à mon corps. Dans mon corps.

Ne pas réfléchir. Ressentir. Les yeux fermés, la bouche ouverte.

Et si tes mots suffisent à allumer en moi un formidable brasier, c'est là, quand tu te perds en moi que je me consume.


You Might Also Like

8 commentaire(s)

  1. Jolie confession....belle allumette!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, l'alumette est belle, et délicieuse...

      Supprimer
  2. L'urgence de la fusion des corps,
    L'écoute du désir et le besoin de sombrer en l'autre, avec l'autre !

    Ed

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fusion des corps, fission du désir. Me perdre avec lui jusqu'à dissolution... Et recommencer, encore et encore...

      Supprimer
  3. Une étincelle et soudainement l'envie, le feu d'un besoin profond et complet, l'absolu d'une possession ou d'un don total de soi !

    Soyeusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument! Le don de soi ne peut qu'être total... Et il le fut... ;)

      Supprimer
  4. J'appelle ça craquer.
    Et de jolie façon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai craqué... Je craquerais encore, d'ailleurs...

      Supprimer

Subscribe