J'aime, je n'aime pas...

20:15



À mon Loup, pour son anniversaire

J’aime son regard d’azur. Quand le bleu de ses yeux se pose sur moi. Quand le ciel de son iris se vrille au mien.  Quand je me lance dans l’infini et qu’il m’aspire, quand il plonge en moi pour toucher mon âme… Il y a toute la tendresse du monde dans son regard.

J’aime son sourire. J’aime le voir se dessiner sur ses lèvres. J’aime la manière dont tout son visage sourit et s’illumine quand nous nous retrouvons et qu’apparait dans ses yeux cette petite lueur de malice qui me fait les plus douces promesses…

J’aime le premier baiser qu’il pose sur mes lèvres quand nous nous voyons. Celui par lequel je renoue avec la douceur et la chaleur de sa bouche. Celui qui commence par un sourire et qui se termine en soupirs… J’aime ce baiser à travers lequel il me dit que je lui ai manqué.

Je n’aime pas ses silences.

J’aime cet endroit, entre l’épaule et le cou, où il y a ce petit creux parfaitement irrésistible sur lequel je passe les doigts quand il me fait l’amour. Ce relief qui me rappelle à quel point il est mâle et fort.

J’aime le son de sa jouissance. J’aime ses gémissements qui déchirent le silence et qui trahissent le plaisir qu’il ressent. Comme s’il était trop grand pour qu’il puisse tout le contenir et qu’il devait s’échapper de lui, en même temps que ce sperme chaud et doux, en bruits délicieusement obscènes qui, chaque fois, m’atteignent en plein sexe.

Je n’aime pas la situation, qui le tient loin de moi trop longtemps. Je n’aime pas les jours qui séparent nos étreintes. Quand mon ventre hurle l’envie de sa queue au milieu de la nuit et que je n’ai pas la promesse d’une rencontre prochaine pour apaiser le manque. Quand cette envie qu’il me touche me tient éveillée et que je n’ai que le souvenir de nos caresses pour la combler.

J’aime sa bouche. La gourmandise avec laquelle il m’embrasse.  Ses baisers joueurs. J’aime la douceur de ses lèvres. La sensation de sa barbe, quand nos lèvres se fondent… J’aime regarder sa bouche. L’imaginer sur mon téton dressé qu’elle mordille doucement.

J’aime sa voix aux accents chauds. J’aime les étincelles qu’elle allume en moi quand elle prononce mon prénom, doucement. Quand, sur les rondeurs de ses intonations, il couche mon prénom et semble déjà lui faire l’amour…

Je n’aime pas nos séparations. Quand le baiser auquel il s’arrache est le dernier avant des jours, voire des semaines.  Quand le temps nous impose ce divorce et que mon corps doit patienter avant de renaitre sous ses mains.

J’aime sa peau. Les quelques grains de beauté semés ici et là, que mes doigts s’amusent à relier pour tracer de la pulpe des arabesques imaginaires pour le simple plaisir de le toucher, encore…  J’aime la douceur, la chaleur de sa peau. Son odeur, que je cueille au creux de son cou. 

J’aime les frissons qui le parcourent et les gémissements que je provoque chez lui. Quand je lèche son cou et son oreille et qu’il semble perdre pied. Quand ma bouche s’arrondit sur sa queue et que tout son corps se tend… Quand son corps s’affale sur le mien, apaisé, après nos tempêtes…

You Might Also Like

8 commentaire(s)

  1. Quel veinard ce loup, une aussi jolie lettre !!!!
    bon Anniversaire ^^

    RépondreSupprimer
  2. FLOW > Et on ne parle même pas des talents de sa maîtresse pour la fellation! Quel veinard, en effet! :P

    RépondreSupprimer
  3. j'ai beaucoup aimé l'alinéa "j'aime sa bouche":) les autres aussi pas mal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci... Difficile de choisir, mais si j'avais à identifier mon préféré, je crois que ce serait celui qui parle du son de sa jouissance... (Je me demande bien pourquoi!)

      Supprimer
    2. Et encore, vous ne l'avez pas entendu! ;)

      Supprimer
  4. Bel exercice de style et de belles révélations qui rappellent envies et souvenirs, désirs aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une amie me demandait ce que j'aimais chez lui... En le lui décrivant, l'idée de ce texte m'est venue...

      Un beau souvenir, pour moi aussi...

      Supprimer

Subscribe