Voyeuse

19:57

Aujourd'hui, tu as fait de moi la femme que je suis vraiment, au fond de moi. Tu as fait de moi une voyeuse... En silence, sans un mot, sans aucune parole, tu m'as fait comprendre ce que tu allais m'offrir. Silencieuse et émerveillée, je t'ai regardé...

Ta main sur ton sexe, en une caresse infiniment douce. D'une hypnotisante lenteur... Ta main, dont les doigts, sous le gland, s'animent en de lents va-et-vient, dont l'ampleur est d'abord timide... Puis, peu à peu, ces mouvements gagnent la base de ta verge, et remontent jusqu'au bout de ton sexe... Tes tractions, bien que douces, font ployer, courber doucement ton gland devenu si sensible... Je regarde tes doigts qui te connaissent si bien, tes doigts experts, et je sens ma fleur s'innonder... Si tu savais comment j'ai envie de toucher... Mais ce n'est pas cela, le jeu, aujourd'hui... Je suis spectatrice. Spectatrice de ton plaisir... du plaisir que je t'inspire... Et c'est délicieux.

Ta main, comme un fourreau, qui serre un peu ta tige... Je sens, dans ce geste, tout le désir qui t'anime... Mes cuisses s'ouvrent, je pousse un léger soupir... J'ai terriblement envie de toi... Tu es si beau, lorsque tu te caresses ainsi... Ton pouce sur le dessus de ta verge, juste sous ton gland... Tu joues de ton index sur ton frein. Zone sensible... Je devine, dans tes mouvements, tout le plaisir que ce toucher te procure.

Je suis obnubilée par le spectacle que tu m'offres. Je n'arrive pas à détacher mes yeux de ta main sur ton sexe. Je voudrais que cette image demeure gravée à tout jamais dans ma mémoire... Tu me fais fondre...

Ton autre main rejoint la première, puis celle-ci glisse envelopper tes bourses... Oui, caresse-toi, laisse-toi aller, je t'en prie... Goûte à ce plaisir de sentir ce léger duvet de tes testicules, sous tes doigts. Tu es magnifique.

Tes mouvements se font plus sûrs, plus précis, plus rapides... Et ton sperme jaillit, là, sous mon regard gourmand... Je te regarde jouir et je me dis que je n'ai jamais vu quelque chose d'aussi beau... Oui, jouis pour moi, doux amant...

Tu sais qu'il ne suffirait que d'un souffle pour que je jouisse à mon tour? Viens...

You Might Also Like

14 commentaire(s)

  1. De tous les textes que j'ai lus de vous - et je crois bien avoir lu tous ceux que vous avez mis en ligne - c'est celui-ci que je préfère... Parce qu'il est d'une sensualité extrême? Oui... Sans doute... Mais peut-être aussi parce que j'éprouve depuis très longtemps une tendresse toute particulière pour les femmes voyeuses ( Et, malgré les idées reçues, je crois bien que beaucoup de femmes le sont )... D'expérience je sais qu'on vit avec elles - celles du moins qui acceptent de reconnaître qu'elles le sont - des moments inoubliables... C'est peut-être là qu'on se partage au plus profond...

    RépondreSupprimer
  2. Alors là, c'est mmmm... plus chaud que beau, ou plus beau que chaud je ne sais... mais que c'est bien dit, et... bien vu !

    RépondreSupprimer
  3. De jolis mots pour que la sexualité se confonde en sensualité. Savoir partager un plaisir solitaire ce n’est pas que du voyeurisme.
    J’aime, ces moments intimes où son plaisir devient ainsi mon plaisir…regarder son sexe et son visage…jusqu’à la jouissance.
    Muse

    RépondreSupprimer
  4. Je découvre aujourd'hui votre texte, il est beau, il est émouvant, je découvre ces mots comme si je découvrais une nouvelle image accompagnée du son de votre voix. Que c'est doux, que c'est beau... vous m'enivrez mon cher Ange... il ne reste plus qu'à prolonger la minute de ces voix tracées pour les garder secrètement.

    Merci. Merci de tout coeur

    RépondreSupprimer
  5. Me caresser ainsi devant toi... Oui...
    Me faire jouir en te regardant
    en me disant que ce sont tes mains sur mon sexe
    Arriver à l'extase en te voyant pleine de désir et frustrée de ne pas en être...
    Vivre à plein, devant toi, mon orgasme,
    coscient du spectacle que je t'offre,
    mais en sachant que tout à l'heure je pourrais toi aussi te soulager.
    Bises, Ange coquine.

    RépondreSupprimer
  6. Dire que j'ai hésité avant de publier ce texte...

    francois-fabien > Vos commentaires sont toujours aussi intelligents et sensibles... Merci de ces mots. Un jour, peut-être, je saurai si vous dites vrai...

    Ambre > Oh c'était beau, chaud, émouvant, excitant... Le plaisir d'un homme est un mystère qui me fascinera toujours...

    Muse > Vous avez parfaitement raison, ce n'était pas que du voyeurisme, c'était d'abord un cadeau, un partage, une communion... Je suis une femme choyée...

    Maître Décadent > Il est de ces instants magiques, de ces communions hors du temps, qui se fichent des frontières et qui nous atteignent en plein coeur, en plein sexe... Merci...

    Domi > Moment de complicité unique... Existe-t-il plus beau spectacle que la jouissance de l'autre...?

    RépondreSupprimer
  7. Moment magnifique, caresse magique, que cela est agréable à lire. Quand une caresse personnelle devient partage cela en devient très beau !

    RépondreSupprimer
  8. Je me souviens de ce "spectacle" la première fois... à la dérobée, voyeuse silencieuse, instants volés, gêne, excitation intense... puis les autres fois, consentant, comme un cadeau.
    Pas de complexe à aimer ça... je te suis dans ces envies là ;-)
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Ce doit être bien bon d'être ainsi vu, regardé, désiré. Les caresses du regard sont aussi indispensables que celles des mains !

    RépondreSupprimer
  10. histoiredecoquine > Merci... C'était magnifique... J'en veux encore...

    Cara Mia > Aucun complexe à aimer ça, vous avez bien raison... C'est si beau...
    Bises à vous...

    Lampe de chevet > Bienvenue ici... Vous avez raison, le plaisir de s'offrir ainsi au regard de l'autre est intense... Sentir, dans le regard de l'autre, ce désir qui nous effleure comme la plus érotique des caresses...

    RépondreSupprimer
  11. Victor Vilain > Merci... Bienvenue ici...

    RépondreSupprimer
  12. Très beau moment et jolis mots pour le décrire !

    RépondreSupprimer
  13. E-Lover > Les mots ne sont pourtant qu'un pâle reflet... Mais merci.

    RépondreSupprimer

Subscribe