Un vide qui prend toute la place

07:42

Lorsque j'étais au secondaire, j'avais une foule d'amies parmi lesquelles il y avait deux ou trois vraies amies. J'étais constamment entourée. Plusieurs filles voulaient avoir le privilège d'être MA MEILLEURE amie. J'avais toujours au moins une personne, à mes côtés, qui devinait mes états d'âme avant même que je sois capable de les exprimer. Il y avait toujours quelqu'un pour m'épauler dans les moments difficiles et qui, en bout de ligne, me permettait de relativiser mes drames et d'objectiver...

Une grande tristesse m'enserre le coeur depuis hier. Je me trouve un peu désemparée devant l'ampleur du sentiment et je ne trouve personne autour de moi à qui en parler... L'Homme est mon meilleur ami depuis bien des années, mais dans cette situation, il est trop impliqué. Il souffre autant que moi, alors je ne peux pas lui en parler. Qui d'autre?

Je suis sidérée! La liste de mes amis se résume à un! Que s'est-il passé? À partir de quel moment me suis-je refermée sur moi-même? Même ici, dans un monde virtuel où personne ne me lit (désolée si vous êtes là, mais comme je n'ai pas de commentaires, pour l'instant, j'ai l'impression d'écrire dans le vide), j'éprouve une certaine pudeur à raconter ce qui m'arrive, à m'ouvrir...

Un énorme vide prend toute la place... Paradoxalement, c'est lorsque la vie est la plus vide qu'elle pèse le plus lourd... Quelle ironie!

Dans mon travail, je suis entourée d'une multitude de personnes, pas toutes significatives sur le plan des relations, mais qui me tiennent occupée et qui m'empêchent de penser trop à mon petit nombril... Il n'y a rien de plus demandant qu'un adolescent qui sent que l'on veut bien lui accorder un peu d'attention positive... Mais depuis la fin du mois de juin, je suis en vacances... Plus d'élèves autour de moi et je m'ennuie à mourir! Je m'étais terriblement attachée à ces adolescents et du jour au lendemain, on coupe tous les ponts... J'ai un deuil à faire... Un autre...

En plus, depuis deux jours, il fait vraiment beau. Encore ce matin, un soleil de feu plombe sur nos têtes. J'ai l'impression que cela accentue encore un peu l'ombre qui me poursuit... Je regarde à l'extérieur et je sais pertinemment que je devrais aller prendre l'air, profiter du soleil... Mais je n'ai pas envie... Et du coup, je me sens coupable!

Voilà... Tout ce blabla pour dire que je me sens seule... affreusement seule...
Désolée, pas d'image aujourd'hui...

You Might Also Like

3 commentaire(s)

  1. Eh bien, eh bien... Petit coup de mou ? Petit coup de blues ? C'est vrai qu'on est bien seuls, chacun de son côté avec ses petites ou ses grandes affaires, avec ses rêves qui s'amenuisent et tout doucement, on "grandit" sans s'en apercevoir. Dame ! Heureusement, parfois, on se fait des signes. "Ohé ! Du bateau... Vous êtes là ?" Et passe le nuage, jusqu'au prochain...

    RépondreSupprimer
  2. en amitié ce qui compte comme pour beaucoup d'autres choses c'est la qualité...pas la quantité.....

    bises

    RépondreSupprimer
  3. L'Insoumise > Vous avez parfaitement raison. Nul besoin de dizaines d'amis... Quelques-uns, des vrais, suffisent amplement...
    Merci de ce commentaire.
    Bises

    RépondreSupprimer

Subscribe